Une Chaire qui revendique le droit d’expérimenter

 

Les expériences d’architecture et d’urbanisme expérimentales sont de plus en plus nombreuses et répondent aux enjeux que la transition écologique pose à la société, des cycles courts jusqu’aux impacts environnementaux et sanitaires sur les territoires. Leur foisonnement montre que des citoyens, des élus, des professionnels, des usagers, s’emparent de ces questions localement et quotidiennement, à travers de petits ou de grands projets d’habitat, d’espaces publics, d’équipements, de lieux pour rassembler à nouveau.

Elle-même expérimentale, la Chaire EFF&T accompagne et étudie ces situations : leur méthode d’ancrage territorial, les processus de valorisations du déjà-là mais aussi – et surtout – la manière dont les savoirs et savoir-faire se créent, se transmettent et s’essaiment à partir de situations de terrain.

Cette Chaire, ouverte et fédératrice, a l’ambition de contribuer à la consolidation et à la transmission de ces pratiques, assurant ainsi un lien entre les expérimentations informelles et le cadre académique de la recherche et de l’enseignement. Elle a vocation à développer une forme de recherche qui se fonde sur ce lien entre théorie et pratique, notamment à travers les démarches de projet et de création, qui s’appuie sur les enseignements liés au territoire et à l’habiter et porte l’expérimentation  comme objet d’investigation transdisciplinaire et multi-scalaire.

Labellisée par le Ministère de la Culture à l’automne 2020, la Chaire EFF&T entame sa préfiguration pendant trois ans pour fédérer par de premières actions les enseignants, les chercheurs, les écoles, les professionnels et les porteurs de projets dans les territoires.